Marc Beaudet congédié du Journal de Montréal, c’est pas vrai!!!

J’ai été consterné d’apprendre le licenciement du caricaturiste Marc Beaudet que je considère être l’un des meilleurs de sa profession. Récipiendaire d’un prix au prestigieux concours international World Press Cartoon, au Portugal, pour son oeuvre «Génération Y», finaliste au Concours international d’arts visuels Juste pour rire, récipiendaire de deux prix canadiens du journalisme (la coupe Stanley du journalisme), Beaudet est un artiste dont la finesse du trait n’a d’égal que la finesse d’esprit.

Ce jeune caricaturiste exceptionnel avait pourtant une belle carrière devant lui assuré d’un poste qui lui aurait permis de vivre de son talent.

À bien y penser, si on regarde ça de plus près, Beaudet est exactement le genre de libre penseur dont le Journal n’avait pas de besoin. Ce journal à la pensée unique, avec ses chroniqueurs tous plus drables les uns que les autres (sauf pour de rares exceptions qu’on peut dénicher au fin fond des blogues) n’avait certainement pas besoin d’un artiste qui réfléchit et qui a autant de visibilité dans les médias. Le fait qu’une corporation qui génère des millions ne veuille pas se payer un caricaturiste de la trempe de Beaudet est pathétique.

Il ne nous reste qu’à souhaiter que les centaines de milliers de lecteurs du Journal de Montréal qu’il divertissait quotidiennement par son humour franc et direct et par sa vision d’une exceptionnelle acuité de l’actualité québécoise désertent le navire et changent leurs habitudes de lecture. Il reste encore quelques médias imprimés qui respectent l’intelligence de leur lectorat au lieu de les condamner à la pensée beige et unique.

Marc Beaudet

Marc Beaudet