Magazin’Art : Gilles Lauzé, sculpteur de Sainte-Agathe, par Robert Lafontaine

a (2)

Gilles Lauzé ; S’amuser c’est du sérieux

Au fin fond de son rang de campagne, situé pourtant à 10 minutes de Ste-Agathe dans les Laurentides, l’homme peut s’adonner à l’une de ses nombreuses passions, la photographie d’oiseaux, plantes, champignons et autres merveilles de la nature. Il faut dire que notre hôte est un oiseau rare lui aussi. Véritable dictionnaire de connaissance sur 2 pattes, il semble droit issu de l’époque de la Renaissance. Impossible d’entrer dans son atelier sans qu’il vous éduque sur l’art et qu’il parle des projets auxquels il se consacre. Sur la gauche, un treillis métallique finement mis en forme pour accueillir bientôt de la fibre de verre, à ma droite une méga sculpture tout en courbe dont un artiste veut créer le moule très complexe à réaliser. Partout où notre regard se pose, il y a des outils, des matériaux, des maquettes et des esquisses. La scie à ruban côtoie la perceuse format géant, la pierre calcaire jouxte la dolomite qui, celle-là, s’appuie sur les sacs de plâtre.

Bienvenue dans le monde du sculpteur Gilles Lauzé, l’un des créateurs les plus connus au Québec dans sa discipline. Gilles est réputé pour son incroyable versatilité, pour la complexité des techniques qu’il maîtrise et pour son art émérite. Sommé de voyager pour gagner sa vie, notre bourlingueur aura sillonné le Québec du sud jusqu’au Grand Nord, d’est en ouest, sans compter les provinces canadiennes et l’Europe. Il a réalisé les installations de plusieurs projets au sein des communautés autochtones de la Baie-James et du Nunavik. Il a produit des pièces uniques lors de ses nombreuses visites dans des symposiums en France et en Suisse.

En fait, que ce soit sur les grands chantiers de sculpture qu’il dirige au Canada ou ailleurs on ne saurait se passer de lui facilement tant il est talentueux et expérimenté avec tout type de matériaux. Membre du Conseil de la culture du Québec depuis 1969 et siégeant sur le CA depuis 2013, enseignant spécialisé au Centre céramique Bonsecours durant 14 ans, touche-à-tout dans son domaine, le personnage vaut son pesant d’ART. C’est avec plaisir que je le rencontre pour cet entretien qu’il m’accorde au bénéfice des lecteurs et lectrices du Magazin’Art.

Lauzé n’est pas du genre à passer ses semaines à rédiger des demandes de subventions. Il est sempiternellement affairé sur des projets qui n’attendent que son expertise pour aboutir. Le sable, la roche, le métal, le bois, la fibre de verre, nommez le matériau, Gilles y aura touché. Il ne faut surtout pas oublier les monumentaux projets de glace et de neige qu’il aura réalisés tout au cours de sa vie. Bref, malgré toutes ces années au compteur, ce gaillard sympathique à la crinière et à la barbe blanche a encore la forme dont bien des jeunes souhaiteraient être pourvues. À voir les pièces en ciment et les cailloux de granit qui sortent de chez lui, on se doute qu’il n’a pas à visiter le gym pour faire ses exercices.

Aux yeux de Gilles, chaque sculpture est un poème en 3 dimensions. Son style est sobre, équilibré, inspirant. Il aime représenter l’harmonie dans ce monde de conflits et de violence. Que l’œuvre soit de type réaliste ou abstraite, la recherche esthétique ainsi que le jeu des ombres et des lumières pour mettre les volumes en relief demeurent l’une des priorités du sculpteur. C’est sous la magie de ses doigts et sous la force de ses coups de maillets que Gilles exprime des sentiments universels et partage ses émotions.

À l’été 2020, Lauzé sera le chargé de projet avec Lise Corriveau du collectif des membres du Conseill de la sculpture du Québec lors de l’exposition du lac Mégantic. Il tiendra le même rôle au symposium international de la sculpture sur granit à St-Jean, Nouveau-Brunswick. Il expose occasionnellement à la galerie Rod de St-Sauveur.

Si vous désire voir d’autres photos de la production de Lauzé, voici le lien vers le Magazin’Art   https://magazinart.com/formes-volume-et-espace-gilles-lauze/