Le temps

QUAND LE TEMPS PASSE

Quand le temps passe,

On préfère ne pas le regarder

On aime se mentir

Et croire que le temps s’est arrêté

Arrêté dans l’une des courbes de nos nombreux désirs

Au carrefour de nos amours passés

À l’époque des passions, des coups de foudre

Ceux qui font chavirer la raison

Le temps nous fait croire qu’il s’arrête dans nos cœurs

Y laissant l’illusion que nos enfants seront toujours des bébés

Mais c’est un leurre, car le temps file

Lentement, mais il file tout le temps

Alors que tout se déboussole

Le temps, lui, garde le contrôle

Il est patient

Il en a vu d’autres

Et quand on regarde dans le rétroviseur de nos vies

On trouve parfois étrange le chemin

Que le passage du temps nous aura défriché

On voit les bons et les moins bons coups

Les détours et les raccourcis

Et les traces de nos pas

Laissées telles des herbes pliées sur le sentier parcouru

On pense à ce que l’on aurait pu être

Ce que l’on aurait pu faire

Et on se console

En se disant qu’après tout

On a fait de notre mieux

La magie du temps

C’est que les autres le voient

Mais pas nous

En cela il est comme l’amour

Il rend aveugle

Le temps, il est aussi comme la beauté

Il est difficile d’approche

Impossible à saisir

Libre comme l’air

Tandis que la beauté rend instantanément fou

Celui ou celle qui la regarde

Le temps est plus sournois

Il rend fou lentement

Le temps ne nous appartient pas

Il appartient aux autres

En cadeau il nous offre le miroir de la vie

Qui reflète une fausse image de qui on est

Car le temps est aussi bon menteur qu’il peut être franc

Il reste qu’en bordure du rétroviseur de nos vies

Le temps crée une fenêtre sur les jours qui viennent

Devant nous, une route qui s’ouvre

Où va-t-elle?

Seul le temps pourra le dire.

Panier

Pin It on Pinterest

Retour haut de page