Il faut des années de travail avant de maîtriser les subtilités de ce médium capricieux qu’est l’aquarelle. En effet, l’eau est un acteur entre la toile et  la main du peintre. On parle d’un pinceau calligraphique pour  l’aquarelle par opposition à un pinceau de touche pour l’huile ou l’acrylique. J’ai commencé à dessiner à la sanguine et au fusain dans les différents ateliers de modèles vivant à Montréal dans les années ’80. À côtoyer de artistes de talent, j’ai beaucoup appris simplement à les regarder travailler. J’ai, par la suite, dessiné d’après modèle vivant durant toute ma carrière.  Ayant acquis de la maturité, je le laisser maintenant libre cours aux fantaisies de mon médium favori lors de ces séances de dessin.