Les bédéistes sont mes artistes visuels préférés. Chacune des cases qu’ils dessinent est un tableau. Et que dire du lettrage et des onomatopées qui rajoutent de la vie au dessin. Le lettrage par lui-même est aussi un art quand on sait l’apprécier. Par-dessus le marché, en prime, il y a une histoire avec une fin qui est souvent humoristique. Un bon bédéiste qui est aussi un bon conteur  saura nous transporter dans son imaginaire et j’adore la synergie entre les mots et le dessin. Lorsque l’on s’identifie au héros ou à l’anti-héros de l’histoire, la magie opère à plein régime. Lors de mes ateliers, je distribue un livre théorique avec des exercices de dessin et de caricatures car il faut maîtriser les personnages avant de faire les BD.